Openbox – présentation

Hier, j’avais pas vraiment d’idée d’article, mais je me suis dit que vous présenter quelque chose en rapport avec Linux serait sympa. Sauf qu’à cause des mises à jour pour Seven, je suis resté « coincé » sur l’OS de Microsoft. C’est long, chiant, mal géré à mon goût, bref, une horreur quand on voit à quel point les mises à jour sont plus que simples de l’autre côté.

Enfin bon, c’est pas vraiment le sujet aujourd’hui. Je vais vous faire une présentation d’un des nombreux gestionnaires de fenêtre, j’ai nommé Openbox.

Capture du 2013-07-04 10:53:00

Oui, encore du Sakurasou no Pet na Kanojo. Que voulez-vous, j’adore cet animé.

On peut dire que c’est relativement sobre. Un fond d’écran, une barre des tâches, rien de transcendant, je vous l’accorde. À droite, il s’agit de Conky, un logiciel qui permet d’avoir plusieurs infos sur son ordi, mais j’y reviendrai plus tard.

L’avantage avec un tel environnement, c’est que c’est très peu gourmand. Très très peu gourmand. Pour les ordis portables, c’est un excellent point, car en plus d’être moins chargés, l’autonomie est par conséquent meilleure.

Néanmoins, certains détails ne sont pas gérés de base par Openbox, comme le fond d’écran, la barre des tâches, voire les icônes sur le bureau (que je ne mets plus depuis que j’ai découvert Linux). Sans rien à côté, Openbox montre simplement un fond gris.

Capture du 2013-07-04 17:20:00

Enlevez juste Conky, et vous avez Openbox de base.

Je vous l’accorde, ça donne pas vraiment envie, d’autant plus que la première réaction que vous pourriez avoir en arrivant dessus, c’est : « Mais bordel, je fais comment pour lancer un logiciel, si j’ai rien ? ». Mais comme il ne faut pas crier avant d’avoir mal, vous devriez faire un clic droit.

Et là, vous pouvez accéder au navigateur Internet ainsi qu’au terminal. Pour quelqu’un qui ne connaît pas trop (voire pas du tout) le terminal, ça doit être nul. Pourtant, pour tout configurer, il faut passer par le terminal. C’est une étape obligatoire, en tout cas si vous n’avez pas installé et configuré les logiciels qui embellissent tout ça. Heureusement, il y a Ubuntu-fr.org qui propose une documentation complète, et pas seulement sur Openbox.

Heureusement pour les novices (sans offense), il est possible d’avoir un environnement avec Openbox autrement qu’en gris. Pour cela, il y a par exemple Lubuntu, une des variantes officielles d’Ubuntu qui met l’accent sur la légèreté !

Pour revenir sur Openbox seul, j’ai choisi de ne pas prendre trop de logiciels, j’ai donc simplement pris Tint2 pour la barre des tâches, et Nitrogen pour le fond d’écran.

Que dire de plus ? Un gestionnaire d’apparence basique mais à la fois léger, personnalisable, je ne peux que vous le conseiller ! Sur ce, je vais y aller, alors à plus tard ! 😉

Publicités

Mangas, Animes, Music and the Doctor

Non, je ne vais pas vous parler à la fois d’un manga, d’un animé, d’une musique et du Docteur dans le même article. Ca serait trop gros, et de toute façon, mis à part la musique (Daft Punk ! /o/) je n’ai rien sous la main.

Non, en fait, je viens faire un peu de pub pour un tout nouveau blog : Mangas, Animes, Music and the Doctor ! En fait, c’est ma soeur qui a décidé d’en créer un, principalement pour partager sa passion, j’ai nommé la série Doctor Who.

Côté « admin », je suis éditeur, je peux donc créer, modifier et publier les articles, et pas uniquement les miens.Ca me permet de corriger les fautes qu’il peut y avoir, m’voyez.

Du coup, je vais vous laisser, et je vous dis à demain pour un autre article ! 😉

Je Conseille #5 – Le Geektionnerd

Jusqu’à maintenant, je n’ai fait que vous parler d’animés. Alors cette fois on va changer un peu. Et je tiens à vous prévenir tout de suite, avoir ne serait-ce que quelques maigres notions dans le domaine de la programmation (en général) et de l’univers GNU/Linux ne vous fera que du bien.

Je vous présente donc le Geektionnerd ! \o/

Bannière du Geektionnerd

Vous pouvez accéder directement sur le blog en cliquant sur l’image. Non, ce n’est pas de la magie, c’est de l’inormatique.

 

J’ai parlé de programmation, mais tous les articles ne sont pas basés sur ça, je vous rassure ! Ni sur GNU/Linux, d’ailleurs ! Il y a d’autres choses, et même si les articles sont assez souvent (je cite) des trucs de geeks, tout le monde est le bienvenu.

Ah ben tiens, en parlant des articles, le principe est simple : une fois par jour (sauf à certaines exceptions, mais l’auteur prévient toujours), il y a une définition pour un mot ou une expression. Mais attention, pas n’importe quelles définitions. On a souvent droit à des jeux de mots subtilement placés (ou pas) et quelques illustrations préparées à base de petits coups de crayon de tablette graphique, de GIMP et d’Inkskape, le tout tournant sous Linux (une distribution Debian, si je me trompe pas. J’crois même que Gee, l’auteur, utilise Gnome Shell comme gestionnaire de bureau, et j’peux vous dire que c’est beau). Si ça c’est pas le rêve !

Parfois, on a droit à quelques articles sur Microsoft ou Apple, mais bon, disons que si vous cherchez à voir leurs plus grandes qualités *Ahem*, c’est pas le bon endroit.

Oh, pour finir, sachez que tous les vendredis, Gee fait un article qui paraît aussi sur le Framablog. Et parfois, au lieu des définitions habituelles, on a une page de GKND. C’est une sorte de BD, mais qui reste dans le même style de dessin (ou devrais-je dire caricature ?). Il y a déjà 4 tomes de disponibles, en version papier et PDF (et CBZ).

Sinon, je vais voir si je vous prépare quelques articles pour samedi. Je vous laisse donc ! o/

Durendal

Ca, c’est un titre extrêmement long, je vous l’accorde.

Si je vous dis « le Donjon de Naheulbeuk », vous allez très probablement penser aux BDs ou à la saga mp3. Vous pourriez aussi me dire « Mais t’es con ou quoi, Jejy ? C’est pas ce Durendal qui fait les Donjon de Naheulbeuk ! », et vous auriez entièrement raison. Mais vous pensez vraiment que Naheulbeuk est la seule série mp3 existante ? Si c’est le cas, j’ai bien envie de vous dire que vous avez loupé pas mal de choses.

J’ai connu Durendal grâce à Banal Fantasy. C’était par Youtube que j’ai trouvé par hasard le premier épisode de cette saga mp3. J’ai tout de suite adoré !

Tenez, voilà une « vidéo » pour vous donner un aperçu :

Oui, c’est basé sur Final Fanasy VII, mais vous n’êtes pas obligé de connaître tout le jeu pour pouvoir suivre, perso j’ai pas fait plus d’une demi-heure dessus…

Il y a eu un  Banal Fantasy II, mais cette fois sur Final Fantasy VIII. Personnellement, j’ai préféré le II. Mais il n’y a pas que des parodies de Final Fantasy ! Si on va sur Le Demon Du Rire, on peut trouver pas mal d’autres créations ou délires (aussi bien audio que vidéo).

Y’a pas longtemps, je me suis abonné à la chaîne de Durendal, on peut y trouver les délires vidéos mais aussi un autre genre : les « Pourquoi j’ai raison et vous avez tord ». C’est sympa à regarder, franchement.

Je vais donc conclure de la même manière qu’il le fait dans ses vidéos : prenez soin de vous et allez voir des films. (Et ses vidéos. Et allez écouter ses créations.) o/

Je Conseille #4 – Boku Wa Tomodachi Ga Sukunai

Si vous trouvez que le titre est trop long, je ne peux rien pour vous.

Cette fois, je vais vous parler… d’un animé. Oui, encore, mais que voulez-vous, y’a des films que j’hésite à vous faire partager (même chose pour les jeux), mais on verra ça plus tard.

Donc, c’est parti pour une petite présentation de Boku Wa Tomodachi Ga Sukunai !

Boku Wa Tomodachi Ga Sukunai

 

L’histoire commence avec Hasegawa Kodaka, le seul mec que vous pouvez voir juste au-dessus, qui a été transféré dans une nouvelle école. Il galère à se faire de nouveaux amis depuis le jour où il est arrivé, étant donné que tout le monde le prend pour un délinquant, simplement parce qu’il a donné une assez mauvaise impression dès le départ.

Et puis un jour, il va faire la rencontre de Mikazuki Yozora, qui était en train de parler à… son ami imaginaire. Après une petite conversation (avec Kodaka, cette fois), elle part. Le lendemain, Kodaka la revoit et apprend qu’elle vient de créer un club plutôt spécial. Pourquoi spécial ? Parce que le but de ce club est de se faire des amis

On va donc suivre les aventures de ce club pas vraiment comme les autres, dans lequel chaque personnage a un petit truc de spécial. On a une fille « populaire » parmi les garçons mais qui n’a en fait aucun véritable ami et qui a l’air de ne jouer qu’à des jeux pervers, une scientifique un poil obsédée capable de transformer un combat de type Dragon Ball ou Gundam en sorte d’Hentai (enfin, c’est plus Ecchi qu’il faudrait dire, si je me trompe pas), une… un… euh… une autre personne qui ressemble vraiment à une fille mais qui se dit être un homme, une autre qui se prend pour une sorte de vampire tout droit sorti d’un animé (pour le coup, elle me fait penser à Takanashi Rikka dans l’animé Chuunibyou Demo Koi Ga Shitai!), et une autre personne qu’on voit souvent dormir ou manger.

Bref, c’est un (très) joyeux bordel que je vous conseille d’aller voir. Y’a déjà deux saisons, et vu comment la deuxième s’est finie, il devrait y avoir une suite. L’animé est basé sur une série (toujours en cours selon Wikipedia) de light novels, au passage. Sword Art Online aussi est à la base une light novel.

Bon, c’est pas tout mais j’ai encore du dessin à faire ! /o/

Je conseille ! #3 – Sakurasou No Pet Na Kanojo

3ème recommendation, 3ème animé. Et celui-ci est de très très très très très (imaginez le mot « très » 56 874 135 fois à la suite) loin mon plus gros coup de coeur du moment. Et son nom (pas du tout difficile à dire oralement) est Sakurasou No Pet Na Kanojo !

Sakurasou No Pet Na Kanojo

J’ai déjà un peu parlé de cet animé y’a un moment, mais bon, à l’époque l’épisode 4 était à peine sorti. Aujourd’hui, il est terminé, et permettez-moi de vous dire que je me suis régalé avec les 24 épisodes !

Bon, pour ne pas changer des deux autres animés, je vais vous faire un résumé aussi bref que possible.

Kanda Sorata, élève au lycée Sui, à hâte d’une chose : partir de son dortioir, Sakurasou. Pourquoi ? Eh bien parce que ce dortoir accueille plusieurs personnes « spéciales ». Il y a Kamiigusa Misaki, qui est très « dynamique » (pour ne pas dire trop), Jin Mitaka, qui a tendance à sortir (voire peut-être coucher) toutes les nuits avec une femme, et pas toujours la même, Chihiro Sengoku, une prof qui cherche à se trouver un mec et qui, au passage, n’assume pas trop le fait d’avoir 30 ans, et Akasaka Ryuunosuke, un programmeur de malade dont personne ne connaît le visage étant donné que personne ne l’a encore vu. Misaki vient parfois dans la chambre de Sorata (par la fenêtre, la porte c’est too mainstream) pour jouer toute la nuit ou pour pas mal d’autres choses, d’ailleurs.

Un beau jour, Chihiro demande à Sorata d’aller chercher sa nièce à la gare et lui donne une photo d’elle. C’est donc à la gare qu’il va faire la rencontre de Shiina Mashiro et l’accompagne à Sakurasou. Elle a un certain talent pour le dessin, mais le souci, c’est qu’il faut quasi-constamment quelqu’un pour s’occuper d’elle, vu qu’elle ne sait pas le faire elle-même. Et devinez à qui cette tâche va revenir ? A Sorata.

En-dehors de Sakurasou, il ne faut pas oublier Nanami Aoyama, une amie de Sorata, qui est quand même bien assez présente. Quelques autres personnages apparaissent plus tard dans l’animé, mais je ne suis pas là pour vous spoiler. Au contraire, je vous recommande vraiment d’aller regarder cet animé. Comme je l’ai dit sur Bakuman, voir du Naruto, du Bleach, du One Piece ou d’autres mangas / animés du même style, c’est sympa, mais y’a bien un moment où on a envie de changer, vous croyez pas ?

Sur ce, je vous laisse ! A plus tard ! 😉

Sakurasou-sakurasou-no-pet-na-kanojo-33307517-1280-720

Je conseille ! #2 – Bakuman

Et voilà un autre animé que je conseille vivement ! Que voulez-vous, j’arrête pas d’en regarder depuis un moment. Bref…

Aujourd’hui donc, je vais vous parler de l’animé de Bakuman.

4chan-w1326467052506

Pour tout vous dire, c’est avec Dragon Ball que j’ai vraiment commencé à lire des mangas (Edit : je me rappelle avoir aussi regardé Fullmetal Alchemist quand ça passait en clair sur Canal+ à peu près en même temps). Déjà, DB c’est pas rien. Ensuite y’a eu Naruto. Encore et toujours des mangas shônen, avec de la baston, tout ça. Bleach, même chose. Mais franchement, voir d’autres mangas et animés, ça n’a jamais fait de mal. Après avoir bouclé l’animé de Bleach, j’ai voulu changer un peu, et c’est là que je me suis rappelé d’un manga dont un pote du bahut m’avait parlé : Bakuman.

Pour résumer un peu, c’est l’histoire de Mashiro Moritaka, un collégien de 14 ans, qui a un certain talent pour dessiner des mangas. Il rêvait de devenir carrément mangaka pendant son enfance, comme son oncle. Malheureusement, ce dernier est décédé, et Mashiro pense qu’il s’est suicidé. Il mène donc une vie banale. Au passage, il en pince pour une fille de sa classe, Azuki Miho, mais vous savez, la timidité, tout ça…

Un jour, après les cours, Mashiro oublie son cahier de maths dans la classe. Il retourne donc le chercher, et tombe sur Takagi Akito, un de ses camarades. Il lui propose de former un duo de mangakas. Au début, Mashiro refuse. Mais Takagi lui propose d’aller voir Azuki. Là, tout de suite, ça change la donne pour Mashiro. Une fois arrivés devant chez la demoiselle, et après avoir annoncé qu’ils allaient devenir mangakas, elle leur annonce qu’elle veut devenir doubleuse (les voix d’animés, tout ça, m’voyez). Et là, Mashiro, qui pensait à l’histoire d’amour de son oncle, a machinalement demandé à Azuki si elle voudra l’épouser quand ils auront un animé.

Bon, sur le coup, Azuki est rentrée, Mashiro s’est senti con (en même temps… voilà quoi) et il a donc voulu essayer de se rattraper à l’interphone. Mais bon, Azuki a quand même accepté, à condition qu’ils ne se voient pas jusqu’à ce qu’il y ait un animé.

Croyez-moi sur parole, cet animé est très bon. voir un animé qui parle de mangakas, ça change. Si vous vous décidez à aller le voir (ou le lire), le mieux serait de ne pas s’arrêter au premier épisode. Après, ne vous attendez pas à voir de grosses explications comme si vous étiez en train de voir un tutoriel vidéo pour apprendre à dessiner des mangas, parce que ce n’est absolument pas le cas.

Ah oui, j’allais oublier, ceux qui ont fait Bakuman sont ceux qui ont aussi fait Death Note, j’ai nommé Tsugumi Ōba et Takeshi Obata. Le premier fait le scénario, le deuxième fait le dessin. Oui, comme Bakuman. Coïncidence ?

Bon, vous aurez compris, je le conseille vraiment. Regarder Naruto, Bleach, One Piece ou tout autre manga du même style où y’a un minimum de baston, c’est sympa, mais faut varier. C’est un peu comme la nourriture, en fait.

Sur ce, je vous laisse. A plus tard ! 😉

Mashiro Moritaka

Mashiro Moritaka

Takagi Akito

Takagi Akito

Azuki Miho

Azuki Miho